Au sujet des certifications "qualité" individuelles ...

Un billet initialement publié sur VIADEO :

Je me méfie des organismes de certifications, qui de mon point de vue se situent entre outils de lobbying, pompes à Euros, et "cache sexe" quand il faut justifier ses compétences réelles auprès de ses clients, administrations, pairs, etc ...




Près de 1800€ pour une certification "EXPERT" dans certains cas : rien que l'idée me fait mal !

En France, (Je parle de certifications individuelles, pas de celles concernant les organismes)TOUT EXISTE pour pouvoir se passer de réinventer l'eau tiède.
Sauf que ... La quasi totalité des formateurs consultants ont longtemps cru pouvoir s'en passer, d'où l'agitation actuelle :

Des diplômes aux titres professionnels, reconnus par l'éducation nationale ou inscrits aux RNCP, vous avez le choix, de bac+2 à bac+5 (BTS, Licence, DU, DUFRES, DESA, M2 ... ) , et la VAE est faite pour vous aider, justement à faire reconnaître vos compétences.

Pour ma part, après des études en école de commerce,et divers postes en entreprise, j'ai eu l'opportunité d'exercer en entreprise des missions de formateur durant 4 ans. Puis j'ai intégré une service de formation au sein d'un autre groupe, comme responsable de projets de formations puis consultant sénior, pendant 10 ans.

Après quelques temps passés par la suite sur d'autres missions, "l'envie" de revenir aux métiers de la formation a été plus forte que le reste.

Étais-je "légitime" comme "consultant formateur" ? J'aurais pu me contenter de répondre "oui" : mes références professionnelles le démontraient. Mais pour autant, j’étais gêné à l'idée de prétendre avoir "tout démontré sans rien savoir". 

Ce statut de quasi Consultant Formateur Autoproclamé relevait de mon point de vue de la malhonnêteté intellectuelle. Au minimum : un mensonge par omission (Celle d'avoir réellement fait évaluer mes prétendues compétences).

J'ai donc voilà 3 ans décidé d'emprunter un autre chemin : VAE, puis reprise de cours. J'ai maintenant une licence SHS "Travail - Orientation -Formation" options parcours de formation des adultes.

Et j'aurais bientôt bouclé un DESA de "Responsable de Formation". Soit BAC + 4 pour l'instant (...)

Je n'ai pas la prétention d'être un puits de science, ni d'avoir un doctorat en sciences de l'éducation (j'admire ceux qui en ont !) , mais je me sens parfaitement légitime pour parler de pédagogie, de formation des adultes, pour conseiller des entreprises en matière de FPC, monter des dispositifs et animer histoire de garder les pieds sur le terrain.

Je n'ai aucune idée de ce que peuvent valoir des "labels" ou certification type "agréé, qualifié, expert ou autres" et la multiplication de ces usines à gaz me fatigue :

Je saurais par contre toujours faire la différence entre un niveau bac+2 et un niveau bac+5. Vos clients ne sont pas idiots : il sauront le faire également. 

Amis consultants formateurs : cessez de vous perdre dans des dispositifs plus ou moins reconnus et allez à l'essentiel : tout est déjà prévu pour faire reconnaître vos compétences à LEURS JUSTES NIVEAUX (et là, point de labellisation cache sexe !). 

J'ajoute à cela des attestations de formations continues que vous pouvez produire, preuve que vous vous tenez à jour et que vous avez (ou pas) une volonté d'amélioration permanente.

Et pour tout cela, il suffit de ... travailler ! 

Et c'est bien ce que je dis à mes clients potentiels ... Je suis par ma part persuadé que "le marché" fera le tri entre ceux qui s'affichent à (plus ou moins) peu de frais et ceux qui ont pris le risque de faire un réel effort pour se voir décerner (ou pas) un diplôme ou titre RNCP.